Le projet de rénovation et d’extension du musée

À l’échelle nationale, les musées de la Résistance font aujourd’hui face à un besoin de réadapter leur propos et leur manière de s’adresser aux publics : ils témoignent chacun d’une histoire commune, vécue à travers des mémoires locales, et ont de fait leur place dans la société actuelle, comme objets transmetteurs de ces histoires territoriales.

« Le musée de la Résistance de Mussy-sur-Seine doit devenir plus qu’un lieu de reconnaissance et du souvenir. Il doit être un site culturel, patrimonial et incontournable pour la connaissance de l’histoire de la Résistance dans l’Aube et son territoire. »

Projet Scientifique et Culturel, 2017

La recherche de résonance avec la société contemporaine doit ainsi primer dans ce renouvellement, indispensable afin que le musée de la Résistance puisse jouer un rôle majeur dans la compréhension et la transmission liée à la Résistance durant la 2e guerre mondiale dans l’Aube.

Le projet de rénovation et d’extension du musée est aujourd’hui engagé depuis 2011, et est soutenu par l’appui d’un PSC (Projet Scientifique et Culturel) et d’un inventaire permettant une visibilité sur les collections en place.

Le chantier architectural est actuellement engagé, et l’ouverture du musée est prévue à l’horizon 2021.

Le futur musée bénéficiera de conditions de traitement de l’air adaptées aux collections d’un musée de France, d’un espace de réserve permanent au sein du musée, ainsi que d’espaces de réserves externalisées, permettant d’envisager des futures acquisitions.

Conduit tant dans sa partie architecturale que scénographique, le futur musée se dessine autour des grandes phases de la création des premiers mouvements et réseaux de résistance auboise, l’immersion du public dans la vie quotidienne au maquis, et la compréhension des conséquences d’un tel engagement dans la clandestinité, néfastes (arrestations, déportations et exécutions) comme bénéfiques, amenant vers la Libération de Troyes et de façon plus englobante, de la France.

Les dispositifs numériques (cartes interactives, manipulations, témoignages sur écrans, casques d’écoute et hauts-parleurs) permettront aux publics d’avoir accès à de nombreuses archives numérisées impliquant des témoignages locaux, autour par exemple de l’occupation, de diverses actions au sein de plusieurs mouvements et réseaux (sabotages, propagande, armement et parachutages, communication entre maquis et villages, etc.), ainsi que la déportation politique ou la question de la mémoire de la Résistance.

Le 1% artistique en création sonore, l’éducation artistique et culturelle, ainsi que la participation des scolaires à des événements comme le Concours National de la Résistance et de la Déportation, prendront une place centrale dans les dispositifs de médiation du musée.

En parallèle du chantier de rénovation du musée de la Résistance est mené le chantier des collections (déménagement, traitement par anoxie, chantiers de restauration, inventaire, marquage, numérisation, conditionnement et récolement).

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer