Un musée d’Histoire et d’histoires

« Tout au long du parcours muséographique, l’histoire locale et l’histoire générale de la Seconde Guerre mondiale seront exposées en miroir afin de mettre en scène un dialogue qui permettra au public de comprendre parfaitement l’histoire dont on ne retient que le H majuscule alors qu’elle est constituée de multiples histoires aussi singulières les unes des autres dans leur pluralité. » Projet Scientifique et Culturel, 2017

La particularité du musée de la Résistance de l’Aube à Mussy-sur-Seine est qu’il témoigne d’histoires locales : ses collections sont pour la très grande partie attachées à ce territoire aubois, et révèle des trajectoires et des parcours propres à des personnalités locales : elles donnent de la valeur historique au propos.

Il s’agit par ailleurs d’un musée « de site », puisqu’il s’agit du seul musée qui relate les actions résistantes dans le département de l’Aube et la région Grand-Est. Les spécificités des actions menées dans l’Aube seront donc particulièrement mises en valeur.

Par ailleurs, étant l’un des rares maquis forestiers d’une taille et d’une organisation notable, la présentation du maquis Mussy-Grancey permettra une mise en situation caractéristique et reconnaissable, localisable. Il fait également état d’une forme de résistance armée et militarisée : une organisation là encore particulière, en perspective des autres formes prises par les actions résistantes pendant la seconde guerre mondiale.

La démarche historique du musée est donc primordiale : un travail avec les archives et institutions culturelles locales, ainsi qu’avec les habitants du territoire, devra être mené. Des portraits, insérés dans le parcours, permettront de faire lumière sur des personnalités locales qui ont joué un rôle dans cette histoire particulière. Les témoignages (audios, vidéos, écrits) permettront en filigrane du discours historique, de suivre des parcours divers, et permettre un discours propice à la découverte, la réflexion et la discussion.

Par ailleurs, si le musée a initialement été conçu comme un espace commémoratif, et qu’il s’inscrit aujourd’hui dans une démarche de transmission par l’histoire, il constitue encore une valeur de témoin face à des événements vécus et douloureux.

Le bâti ainsi que l’organisation des espaces internes, la luminosité et les couleurs adoptées devront inévitablement être envisagés avec tout le respect dû à de tels témoignages.

Enfin, le musée de la Résistance de Mussy-sur-Seine est un espace qui se veut immersif : il est question de comprendre un quotidien, des vécus et des situations précises. Les sens doivent être éveillés à ce quotidien, et les dispositifs adoptés doivent permettre d’en saisir les particularités et les étapes clés. Sons d’ambiance, musiques non-envahissantes, éclairages adaptés devront prendre une place importante dans la valorisation du discours, du parcours et des collections.

S’il reflète certes une histoire locale, le musée de Mussy-sur-Seine doit également être replacé dans un contexte global, à échelle nationale, car il participe à la construction d’une histoire collective. Il n’est pas question de se substituer à un musée sur la seconde guerre mondiale, mais de revaloriser la présence de ces collections et cette histoire particulière dans un tableau historique plus large.

Permettre la visibilité du musée sur le territoire national, par exemple grâce à des partenariats, comme avec le Musée de la Résistance Nationale de Champigny-sur-Marne, travaillant lui-même actuellement à l’inventaire et à la valorisation de ses propres collections, sera important. Par ailleurs, des jeux d’inclusion, de focus et défocus historiques, pourront être menés tout au long du parcours permanent.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :